En France,  le vendeur ou le bailleur a l’obligation d’effectuer un diagnostic immobilier de son habitation.

Lors d’une transaction immobilière, il est donc important de bien préparer son dossier de diagnostic technique (DDT) groupant tous les diagnostics immobiliers obligatoires. Ce document est une protection supplémentaire pour le vendeur, car il informe sur l’état des installations et sur les caractéristiques du logement. Ce dossier peut rassurer le futur acquéreur puisqu’il prend ainsi connaissance des avantages et des inconvénients du bien.

En fonction de la date du permis de construire et du type de logement (maison ou appartement), les diagnostics obligatoires à effectuer peuvent différer.  Le DDT doit être rédigé par un professionnel et joint à l’acte de vente ou de location.

Le tarif d’un diagnosticimmobilier dépend de la nature de la transaction, de la surface du bien et de sa date de construction et reste à la charge du vendeur.

Pour ce qui est de la validité des diagnostics, ils varient entre 6 mois et 10 ans et peuvent même être illimités. Par exemple, un diagnostic de Performance Énergétique (DPE) avant vente sera valide durant 10 ans.

Les diagnostics pour une maison peuvent être nombreux si la construction date d’avant 1949 : le DPE, l’Amiante avant vente, l’Électricité, l’État des Risques Naturels et Technologiques et Miniers (ERNMT) et le Plomb. Le Diagnostic de Performance Énergétique est à réaliser avant la mise en vente du bien, car il doit figurer sur l’annonce immobilière. C’est un argument très important aux yeux des acheteurs : il a à la fois une dimension environnementale et budgétaire. Le coût du chauffage et de l’électricité dans une maison constitue une charge non négligeable.