Parmi les nombreuses mesures annoncées pour relancer le secteur de l’immobilier, et tout particulièrement la construction de logement, Manuel Valls et Sylvia Pinel ont présenté un nouveau dispositif qui vient dépoussiérer celui qui était jusqu’à maintenant en place, le dispositif Duflot.

Qu’est-ce qui change ?

Sur le fond, la stratégie est la même. Favoriser les investissements des privés dans le secteur de l’immobilier locatif pour relancer ce marché qui souffre de la crise économique. Bien évidemment, pour que les particuliers aient envie d’investir l’argent qui dort sur un compte, une réduction sur les impôts leur est accordée.

La première nouveauté tient à la durée même de ce dispositif puisqu’il n’est plus imposé et que le particulier peut choisir en trois durées de six, neuf et douze ans. Bien évidemment, la réduction d’impôt est plus conséquente quand on opte pour douze ans que pour six.

Le second point qui assouplit considérablement l’ancien dispositif, c’est la possibilité que le locataire ait un lien de parenté avec le propriétaire, ce qui empêchait auparavant d’obtenir les avantages fiscaux.

Enfin, les logements neufs doivent obligatoirement être BBC pour pouvoir prétendre aux allègements fiscaux prévus par la loi Pinel.

Le Pinel plus avantageux que le Duflot ?

Est-ce plus avantageux ?

Par rapport au dispositif précédent, les avantages sont à peu près similaires. Le Duflot rapportait entre 3% et 4%, la loi Pinel fera un peu mieux à l’échelon national, en particulier grâce au surclassement de certaines villes comme Montpellier, Marseille, Lille ou Lyon. Par contre, c’est dans ces agglomérations que la loi Pinel est la plus rentable. (la liste de ces agglomérations sur www.-la-loi-pinel.com)

Toutefois, ce n’est pas uniquement à ce niveau que ce dispositif est intéressant. En effet, il est nettement plus souple, car l’investisseur privé n’est plus contraint de s’engager pour une durée imposée et identique pour tous. Il est possible d’opter pour 6, 9 ou 12 ans, et c’est en cela que c’est particulièrement attractif. Bien évidemment, la rentabilité de l’investissement est nettement plus faible si on opte pour seulement 6 ans, mais il peut être intéressant si le propriétaire envisage de récupérer le bien ensuite pour un usage autre. Si tel n’est pas le cas, il est évidemment préférable de rester en Pinel le plus longtemps possible. D’ailleurs, cette période de douze années n’a certainement pas été retenues par hasard, car elle correspond en général à la période nécessaire pour le bien immobilier prenne de la valeur. En effet, les premières années, le prix se déprécie naturellement avant de remonter. Ne l’oublions pas, investir dans la pierre, ce n’est jamais pour du court terme, mais bel et bien pour se constituer une rente, ce que permet la loi Pinel, et à moindre coût.