Les estimations des notaires prévoyaient que le commerce de la pierre allait connaître une chute au plan prix en début 2012. En effet, ces conjectures proviennent d’un processus plutôt raisonnable, étant donné le dynamisme dans lequel s’était terminée l’année 2011 et en raison des conséquences de l’application de la dernière réforme sur la plus-value immobilière annoncée en fin 2011. Une estimation des échanges au début 2012 leur a donné raison, au moins dans le premier mois de 2012. Vous avez les moyens en 2012 de dégager d’importantes plus values sur la vente maison ou bien la vente appartement sur le marché.

Effectivement, ceux qui avaient des maisons secondaires à l’exception de la résidence familiale et qui envisageaient de les vendre se voyaient forcés de le faire pour bénéficier de l’ancienne législation sur le plan de l’imposition et s’épargner d’énormes dépenses du fait de la taxe sur la plus-value, effective à ce jour. Pour en revenir à la nouvelle réforme, notons qu’à l’opposé de la précédente qui exonérait entièrement les détenteurs après 15 ans de possession, il faudrait se satisfaire par exemple de -8% simplement à compter de la 24ème année de possession, l’exemption à 100% n’étant possible qu’à partir de la 30ème année de possession. Et la maison familiale restant l’unique épargnée par cette dernière réforme, chaque personne voulant vendre un autre bien qu’elle ne détient que depuis 6 ans entre-autres, ne pourrait profiter que d’une exemption de 2% de la plus value à la cession de cet immeuble, sans compter les impôts sociaux.

En somme, nous pouvons dire que le marché de l’immo a connu une considérable hausse en terme de quantité au courant du premier mois de 2012. Les estimations courantes indiquent toutefois que le mouvement est à la baisse pour ce qui est du pourcentage de transactions effectuées ces derniers mois, ce que l’on peut prendre comme la cause spontanée de la hausse des prix constatée. La zone parisienne conserve quand-même son quota, l’offre est en dessous de la demande car cette ville maintient sa renommée de prestige et les habitués de ce cercle ne sont pas souvent touchés par la conjecture économique.