(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

C’est bien connu : il est de plus en plus difficile pour des jeunes adultes de se lancer dans la construction de leur propre habitation depuis que la crise a fait son apparition il y a déjà presque six ans (cela a commencé en 2008 !). Avec un taux de chômage chez les jeunes qui dépasse les 20% dans l’Union européenne et dans des pays comme la Belgique ou la France, on comprend qu’il devient difficile de s’engager dans la construction d’une nouvelle habitation.

Récemment, la KBC a publié une étude concernant les tendances des ménages par rapport au prêt hypothécaire (qu’on appelle aussi crédit au logement). Il en ressort que, comme on le pressentait, l’âge moyen de l’emprunteur a tendance à augmenter mois après mois puisque les prêts octroyés aux jeunes adultes  (moins de 30 ans) diminue continuellement au profit de la tranche d’âge supérieure à 40 ans.

Bien évidemment, cela reste une tendance et ce n’est pas pour cette raison que si vous avez moins de 30 ans, vous ne pourrez pas bénéficier d’un crédit hypothécaire (vous pouvez le vérifier sur www.credior.be).

De plus en plus d’apport personnel

A côté de cette augmentation de l’âge de l’emprunteur, on remarque dans les statistiques de la KBC que de plus en plus de personnes effectuent un prêt seul (leur proportion passe de 25% en 2008 à 33% en 2013) mais aussi que les emprunteurs apportent de plus en plus de fonds propres dans leur projet d’habitation. Aujourd’hui, environ un emprunteur sur deux apporterait 20% de fonds propres pour un projet d’habitation.

Pour en savoir plus sur ces statistiques, n’hésitez pas à lire cet article : « Le prêt hypothécaire : les tendances des ménages »