Après la pluie...

Le marché immobilier marseillais a souffert du blocage et de la hausse des prix que l'on a pu observer jusqu'au printemps. Comme toutes les autres grandes villes de France, Marseille a vu une partie de ses agences immobilières fermer l'an dernier. Environ 30% des agences ont mis la clé sous la porte en 2012 faute de chiffre d'affaires suffisant et la citée phocéenne n'a pas échappé à ce phénomène.

... Le beau temps

La relance du marché a profité aux professionnels toujours présents sur le terrain. Ils peuvent désormais proposer des biens immobiliers à des prix un peu plus bas. En moyenne, le prix du mètre carré a baissé de plus de 8% sur un an à Marseille et s'affiche autour de 2600 euros. Récemment, les prix ont entamé une phase de stabilisation. La reprise du marché a également été facilitée par la volonté des français d'acheter un logement. 76% d'entre eux estiment que la période actuelle est propice à l'achat, car les taux d'intérêt sont encore très bas et continuent de baisser. Bon nombre d'entre eux souhaiteraient pouvoir profiter de la situation actuelle. Seul barrage : les banques, toujours frileuses à l'idée d'accorder un crédit sur plus de vingt ans en ces temps de crise.

Un intérêt accru pour l'immobilier

Certains acteurs majeurs du marché ont observé une augmentation du trafic sur leur site internet d'environ 20% en un an, ainsi qu'une nette augmentation des inscrits aux alertes emails. Les agences immobilières de Marseille ont confirmé cette tendance. Les français veulent acheter et cherchent les bonnes affaires. Ils sont donc à l'affût des bons plans, des biens pas trop chers et sont prêts à visiter plusieurs logements avant de se décider. Les futurs propriétaires se renseignent de plus en plus sur les tendances du marché, les prix, ce qu'il faut faire et ne pas faire lors d'un achat et n'hésitent plus à négocier afin d'obtenir la baisse de prix la plus importante. Les propriétaires qui peinent à vendre peuvent dans ce cas se montrer plus cléments et consentir à une réduction supplémentaire du prix de leur bien.