En matière d’immobilier, rentrer des mandats exclusifs est un peu l’objectif ultime pour tout agent digne de ce nom. Pour atteindre cet objectif, plusieurs possibilités : la prospection web, en porte-à-porte ou encore le boitage… Mais lesquelles portent vraiment leurs fruits et vous évitent de perdre un temps précieux ? Dans cet article, nous balayons certaines des meilleures techniques de prospection immo du moment.

La prospection immobilière sur les réseaux sociaux : un impératif pour gagner du temps

Rechercher des clients sur le web, c’est une méthode de prospection immobilière qu’il vous faudra à tout prix envisager pour rentabiliser votre temps. En tant qu’agent immobilier, les réseaux sociaux ne sont pas votre tasse de thé ? Pourtant, ceux-ci vous permettent d’adresser un message direct et percutant à un panel de vendeurs qui ont un réel besoin.

Pour prospecter, commencez par sélectionner un à deux réseaux sociaux. Facebook et Instagram sont généralement les plus indiqués puisque étant grand public. Ils sont également les plus utilisés par les particuliers et vous permettent d’adopter un ton plus proche de vos cibles. C’est l’idéal pour créer une connexion avec eux !

Une fois vos réseaux sélectionnés, il vous faudra y être actif : donner à voir votre quotidien d’agence, les témoignages de vos clients satisfaits… Cela créera une certaine dynamique et attirera naturellement de nouveaux prospects vers vous. Mais cela ne suffit pas ! Pourquoi ne pas utiliser des publicités ciblées pour mettre en avant votre expertise ? Sur Facebook comme Instagram, sponsorisez une de vos publications ou proposez vos services. Des paramètres de ciblage avancés vous permettent de définir une typologie de cible précise.

Prospection immobilière : les techniques qui fonctionnent

La prospection immobilière par boîtage

Ah, le bon vieux boitage ! Cette méthode de prospection immobilière existe depuis la nuit des temps (ou presque) et consiste à vous rendre sur le terrain pour glisser un flyer de prospection dans les boîtes aux lettres des particuliers. Fréquemment, ce prospectus fait office de présentation de votre agence ou de vous-même et indique votre besoin / offre. Malgré sa mise de côté au profit de la prospection web, le boîtage obtient toujours de très bons résultats même s’il ne s’agit pas de la méthode la plus rapide. Et oui : cette pratique n’est pas aussi intrusive qu’un SMS, notamment. Certaines personnes sont encore très sensibles à la communication papier et apprécieront de ne pas être contactés sur leurs réseaux sociaux privés ou par SMS. Enfin, vous sortez du lot par rapport à vos concurrents.

Les bonnes pratiques de prospection par boîtage ? Bien choisir vos plages horaires. Le meilleur moment pour prospecter reste généralement en semaine et quelques minutes / heures après la distribution du courrier. De la sorte, votre prospectus n’est pas noyé dans un flot de colis en tous genres mais plutôt le premier élément visible par votre cible lorsqu’il va chercher son courrier.  Un deuxième conseil ? Faites court ! Nul besoin ici de vous lancer dans une description endiablée de votre agence ou de ce qui vous a poussé(e) à exercer ce métier. Précisez rapidement votre demande et ajoutez-y vos coordonnées ainsi que vos disponibilités. Le tour est joué (en théorie).

Prospecter des mandats par email

À la question : « comment créer un portefeuille bien garni de clients potentiels ? » L’une des réponses peut être : « en prospectant par email, bien sûr ! » Sans aller jusqu’à parler de solution miracle (ça n’existe pas), l’email est tout de même une méthode de prospection idéale.

Selon le logiciel utilisé, vous pouvez transmettre votre message en quelques clics auprès d’une multitude de potentiels vendeurs. Surtout, les paramètres vous permettent d’analyser avec précision les prospects ayant ouvert votre email ou encore consulté vos liens internes ! Vous pouvez donc déterminer quelle communication fonctionne le mieux et pourquoi avant d’adapter vos prochains emailings. Une fois les informations en votre possession, vous pouvez également créer plusieurs listes de contacts et adapter le message : un pour les prospects ayant ouvert, un autre pour ceux n’ayant pas ouvert votre email… Si vous vous heurtez à un taux d’ouverture très faible, pensez à optimiser votre objet. C’est le premier élément qui saute aux yeux de votre cible. Celui-ci doit donner envie et indiquer clairement ce que contient votre email. Particuliers comme professionnels n’aiment pas perdre leur temps, et on les comprend !

Emailing et fidélisation

Enfin, l’emailing vous permet aussi de fidéliser votre portefeuille actuel en envoyant du contenu à valeur ajoutée à vos anciens clients, même si ceux-ci n’ont actuellement plus de besoin. Communiquez à fréquences régulières dans l’année en prenant soin de ne pas devenir trop intrusif. Les emails de fidélisation doivent se différencier dans leur fréquence de ceux de prospection.

Gardez en tête une chose. Pour toute prospection sur le web ou en physique,  il vous faudra être organisé, travailler votre argumentaire et ne pas avoir peur de l’échec. Trouver des clients n’est jamais chose facile mais c’est en persévérant que vous y arriverez. Du moins vous ne confirmerez cette hypothèse qu’en essayant !

temps pour prospection boitage